Making policies work

Une nouvelle ère pour le développement de l’Afrique ?

04-01-2016

Share Button

Le début de l’année 2016 pousse l’Afrique dans une nouvelle ère de la coopération internationale, mais le temps joue contre le destin du monde.

Les crises de la migration et des réfugiés, du terrorisme mondial et local, de la violence et de la fragilité – toutes causées par ou liées avec les impacts clairement visibles du changement climatique – sont des rappels importants que l’action sur différents plans ne peut pas être différée.

Ces défis sont interconnectés et doivent être abordés dans leur ensemble. Nous devons analyser les causes fondamentales de ces crises et agir de manière collective au niveau mondial.

« Il faut céder à la tentation de chercher des solutions à court terme, car il n’y a pas de réponses rapides ou faciles » explique le Dr James Mackie, conseiller senior à l’ECDPM.

Une nouvelle publication du Centre européen de gestion des politiques de développement (ECDPM) – Galvanising action for the Global Goals (Galvaniser l’action à l’appui des objectifs mondiaux) – analyse les importants défis et opportunités auxquels l’Europe et l’Afrique sont confrontées en 2016, suite aux accords mondiaux conclus l’année dernière sur les objectifs de développement durable et sur le changement climatique.

En 2015, quatre conférences majeures ont engendré une série d’accords mondiaux sur le commerce, le financement du développement, et les objectifs de développement durable universels (ODD).

« Afin de bénéficier pleinement du potentiel de ces processus vitaux, un soutien politique intensif sera nécessaire. Ces quatre accords mondiaux marquent le début, et non la fin, d’un parcours long et plein d’enjeux » a continué Mackie ; « Ils constituent une base solide pour l’action collective sur laquelle aussi bien l’Europe que l’Afrique peuvent se fonder, ensemble avec d’autres partenaires ».

L’année 2016 nous impose la tâche de transformer ces grands mots en action. L’Afrique et l’Europe doivent agir de manière urgente pour mettre leurs engagements mondiaux en pratique.

L’Afrique a déjà commencé à intégrer les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU dans son « Agenda 2063 », le plan ambitieux de l’Union africaine pour le développement du continent africain dans les 50 prochaines années. Cet Agenda 2063 devrait également renforcer les liens entre plusieurs initiatives africaines d’envergure :

  • L’architecture africaine de paix et de sécurité de l’UA
  • Le programme détaillée de développement de l’agriculture africaine (PDDAA)
  • Le New Deal pour l’engagement dans les États fragiles
  • L’architecture africaine de la gouvernance

« Ces accords conclus en 2015 constituent le début d’un long processus plein de défis. En 2016, l’Afrique et l’Europe doivent se préparer à l’application de leurs engagements mondiaux d’ici l’an 2030 », a stipulé Mackie ; « Des structures de veille solides aux niveaux national et régional seront nécessaires pour réaliser ces objectifs ambitieux ».

Les conversations sur le Traité de libre-échange tripartite africain (TFTA) et un probable Traité de libre-échange continental (CFTA) sont des opportunités à ne pas manquer. Ils sont susceptibles de stimuler l’essor du commerce et de l’industrie en Afrique, dans un contexte de ralentissement économique et d’une diminution de l’aide internationale.

Une nouvelle équipe de commissaires assumera ses fonctions à la Commission de l’Union africaine (UA) en 2016,  ce qui constituera une occasion de renforcer plus profondément la coopération entre l’Afrique et tous ses partenaires, surtout européens.

L’échéance de l’Accord de partenariat de Cotonou en 2020 implique que l’UE et ses partenaires dans les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) devront considérer l’avenir de leur coopération. Quoiqu’il reste encore quatre ans, la reformulation de l’un des partenariats mondiaux les plus anciens requiert du temps et de l’analyse pour alimenter des débats bien éclairés.

Beaucoup de pays africains, en tant que membres du groupe ACP, devront explorer les options d’un nouveau partenariat qui sera politiquement viable et produira de meilleurs résultats pour leurs nations et populations.


Expert disponible pour entretiens 


Le Dr James Mackie, conseiller senior à l’ECDPM

Langues : anglais et français

Contact : Emily Barker via [email protected] ou par téléphone +32 (0)474 12 34 73


Note pour la rédaction 


L’ECDPM (European Centre for Development Policy Management – Centre européen de gestion des politiques de développement) est une fondation indépendante qui vise à faciliter les efforts de revitaliser et renforcer les relations entre l’Europe et l’Afrique au-delà de l’aide. Le Centre a œuvré dans le domaine des relations UE-Afrique depuis 30 ans.

La version anglaise de « Galvanising action for the Global Goals » est dès à présent disponible sur le site de l’ECDPM.

#EUGlobalStrategyChallengesAfricaEurope