Making policies work

L’année 2015 sera cruciale pour l’avenir de l’Afrique

Share Button

Cette année marquera un changement important dans la façon que l’Afrique gère son propre développement, avec quatre conférences sur l’ordre du jour – adressant le post-2015, le financement du développement, le commerce, et le changement climatique – qui devraient créer un environnement plus favorable au développement durable.

  • Troisième conférence internationale des Nations unies sur le financement pour le développement (13 juillet, Addis-Abeba)
  • L’Assemblée générale de l’ONU prendra une décision sur les Objectifs de développement durable qui remplaceront les Objectifs du Millénaire pour le Développement (15 septembre, New York)
  • La 21ème Conférence des Parties (COP21) de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) (30 novembre, Paris)
  • La dixième Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) (15 décembre, Nairobi)

Si les quatre conférences aboutissent à des conclusions qui se renforcent entre elles, de grands pas en avant seront réalisés au niveau mondial ainsi que pour l’Afrique, déclare l’ECDPM (European Centre for Development Policy Management) dans sa nouvelle publication phare « Enjeux pour les relations Afrique-UE en 2015 ».

L’Afrique est un « foyer de vulnérabilité ». en ce qui concerne le changement climatique. Comme les coûts d’adaptation en Afrique sont estimés à atteindre 50 milliards de dollars vers 2050, un financement efficace pour le climat s’avère primordial aux pays africains. Les dirigeants africains devraient certainement bénéficier de l’inclusion de l’agriculture durable  en tant qu’élément clé de l’Accord de Paris sur le climat, COP21, qui sera conclu en décembre. 

Pour la première fois sur le sol africain, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) tiendra sa 10ème conférence ministérielle à Nairobi vers la fin de l’année. Vu la résolution sur le paquet de Bali, cette réunion pourra constituer un tournant pour le système commercial mondial – et essentiel pour la croissance économique de l’Afrique.

Depuis quinze ans, la voix de l’Afrique est devenue beaucoup plus puissante par rapport à la formulation des nouveaux Objectifs d développement durable (ODD) qui seront  convenus en septembre.

L’Afrique et ses partenaires internationaux devront également prendre des décisions sur le financement de ces objectifs exigeants lors de la troisième conférence internationale des Nations unies sur le financement pour le développement que se tiendra à Addis-Abeba.

Par surcroît, l’Afrique a aussi prévu d’utiliser de fonds propres pour financer ses plans de développement, en particulier l’Agenda 2063 de l’Union africaine. D’importantes ressources devraient être débloquées par l’Afrique elle-même, afin de pouvoir couvrir  au moins 70% des besoins en financement du développement.

En raison des troubles permanents sur le continent, les efforts de renforcement de la paix devraient être intensifiés en 2015. La situation au Soudan, au Soudan du Sud, au Mali, en RDC, au Nigéria et en République centrafricaine, ainsi que le manque de stabilité en Afrique du Nord soulignent que l’Afrique et ses partenaires devraient considérer comment renforcer leurs engagements au niveau du renforcement de la paix et les processus politiques inclusifs.

Un certain nombre de pays africains ayant une incidence politique importante sur le continent iront aux urnes en 2015 – la Zambie, le Nigéria, l’Ethiopie, la Tanzanie, le Burkina Faso et la Lybie – préalable à l’élection du Président et de la Commission de l’Union africaine en 2016. 

Les effets dévastateurs de l’épidémie de fièvre Ebola se montreront plus clairs en 2015. A part des inquiétudes de santé et sur la condition humanitaire, beaucoup craignent une pression croissante sur la stabilité, la sécurité et sur le développement sociétal de la région.

Les dirigeants africains seront invités à développer une vision de long terme, et de faire des choix stratégiques en ce qui concerne la position de l’Afrique dans le monde. L’Union africaine devra coopérer avec ces partenaires internationaux, en particulier avec l’UE, afin de convertir les ODD en point de relance pour son propre Agenda 2063 ambitieux.

 

Cross-cutting TopicsEU Development Policy and PracticePost-2015 Global Development AgendaChallengesAfricaEurope